Enfant je dévorais les livres sur l’Egypte Ancienne, les trésors de l’Antiquité, les biographies d’artistes, les herbiers médicinaux et ouvrages sur les minéraux.
Je passais mon temps libre, à cheval dans la montagne, sur des skis en hors-piste, au bord des lacs, des rivières et sur des bateaux.

La solitude heureuse comme point de départ.

Il y a un proverbe russe qui dit « on peut beaucoup nourrir le loup mais il regarde toujours la foret », je pense profondément que nos illuminations d’enfants nous rappellent sans cesse. Si nous les honorons en étant en pleine possession de nos moyens d’adultes nous sommes au plus proche de notre âme et par rayonnement nous sommes plus juste avec les autres.

Comprendre d’où l’on vient, que l’on fait partie d’un tout, qu’en étant ouvert, humble, intègre, généreux, créatif , solidaire, bienveillant mais aussi exigeant et juste, les cercles s’ouvrent et nous nous répondons tous comme dans une grande chorale.

Je réponds à une impulsion de vie, je ne sais pas où elle me mènera mais le chemin est excitant, éprouvant aussi, mais les rencontres par les projets que je mets en place me confirment que je suis bien là où je suis.

AUDREY